Bonnes pratiques

Une partie de pêche réussie c’est avant tout une sortie de pêche bien préparée. C’est aussi une sortie où l’on adopte les bons gestes de pêche et l’on profite de son environnement et du bon air.

Voici donc quelques bonnes pratiques à adopter pour que la pêche reste un plaisir accessible à tous et pour longtemps.

 

Avant la pêche : Préparez votre sortie.

mesure_tourteau_DIRMNAMO_2016

Prenez connaissance de la réglementation de la pêche. La réglementation change en fonction des départements, voire même des sites. Elle concerne généralement les tailles minimales de capture des différentes espèces pêchées, les outils, les périodes et les quantités maximales que l’on peut ramasser. Elle peut aussi interdire certaines zones ou proscrire certains types de pratiques. Pour plus d’informations, consultez la partie réglementation du site.

Renseignez-vous sur le site de pêche sur lequel vous allez vous rendre pour connaitre l’état sanitaire, les espèces présentes, les éventuelles réglementations temporaires. Cela vous permettra notamment d’adapter vos outils et matériels et d’éviter de ramasser des coquillages de mauvaises qualités.

Prenez connaissance des horaires de marée et de la météo (ne partez pas pêcher s’il y a de l’orage ou de la brume et prévoyez un équipement adapté en fonction du temps).

Prévenez une personne de votre heure de retour et, si possible, équipez-vous d’un téléphone portable pour pouvoir contacter les secours maritimes au 196 ou les secours terrestres au 112.

 

Pendant la pêche : adoptez les bons gestes du pêcheur

Respectez les tailles minimales et remettez en place les animaux trop petits directement lors de votre pêche. Des outils de mesure des pêches sont édités et distribués sur les différents territoires partenaires.

Exemple de risque pour le pêcheur à pied RISQUE - Marie-Laure

Faites attention à votre sécurité et à la remontée de la mer. L’horaire de marée basse est celui à partir duquel la mer remonte, ce n’est donc pas le meilleur moment pour commencer une marée de pêche.

Lorsque cela est possible préférez des techniques de pêche douces, pêche au trou ou au sel plutôt que le ratissage. Le labourage des estrans est nocif pour la survie des jeunes bivalves et pour la pérennité des herbiers de zostères.

Remettez délicatement les blocs rocheux dans leur position initiale pour préserver la biodiversité qui y est associée : ils abritent de nombreuses espèces qui ne peuvent vivre exposées à la lumière du soleil. Une roche en bon état et retournée mettra environ trois ans à retrouver son état initial.

Attention à l’excès d’enthousiasme. Limitez votre récolte à ce qui sera réellement consommé : il faut notamment prendre en compte les contraintes de préparation ou l’appétit des personnes. Laissez les espèces non comestibles.

Respectez les cycles de vie des animaux et les saisons de la mer, ne ramassez pas les animaux vides ou portants des œufs. Ces animaux n’ont pas d’intérêt culinaire ou participent au renouvellement des stocks. En les laissant en place, vous améliorez votre récolte du jour et celles à venir.

couteau - Corinne Vermillard

Certains milieux de l’estran sont fragiles et il est préférable de ne pas les piétiner, ou de ne pas y pêcher. Les récifs d’hermelles sont fabriqués par des vers marins, ils sont très importants pour la vie des estrans, mais ils sont également très fragiles. Les herbiers de zostères sont de véritables prairies maritimes qui jouent de multiples rôles essentiels (nourriceries de jeunes poissons, contrôle des sédiments, etc.) mais ils sont sensibles au grattage.

Si vous récoltez des algues, ne les arrachez pas, mais coupez-les en leur laissant au moins un tiers de leur longueur. Cela leur permettra de se régénérer plus rapidement.

Certains coquillages fouisseurs (tellines, palourdes, coques) peuvent être trouvés à l’air libre sur le sable. Ces animaux sont sans doute malades ou morts, il est fortement déconseillé de les ramasser pour les manger.

L’estran est un milieu naturel riche. Lors de votre pêche, n’hésitez pas à prendre du temps pour découvrir les différentes espèces. De cette manière, en plus du bol d’air, on ne revient jamais vraiment bredouille d’une sortie de pêche.

Après votre pêche : préparer le repas dans les meilleures conditions

Conservez vos coquillages et crustacés au frais et consommez les dans les vingt-quatre heures.

Faites dégorger les coquillages fouisseurs (coques, couteaux, tellines) dans de l’eau de mer propre que vous pourrez renouveler régulièrement. Attention de ne pas mettre votre récipient en pleine chaleur ou au soleil pour garder une eau bien oxygénée.

Profitez d’un bon repas bien mérité en testant, pourquoi pas, de nouvelles recettes.

Suivez-nous

Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Twitter S’inscrire à la lettre d’information Lettre d'information n°7

Contactez-nous

Formulaire de contact

Formulaire de contact